DERUSH.01_16_39_28_edited.jpg

Les Nouvelles Chimères 2021

Dans sa deuxième édition, Connectif Plateforme Créative poursuit cette quête de sens de la chimère vers une ouverture de ses dimensions. Une fois associée au processus de création de l’artiste, une nouvelle figure se révèle, une nouvelle créature hybride surgit, et une nouvelle mythologie s’esquisse.

Comment percevoir ces trois dimensions à la lumière des discontinuités et des ruptures qui structurent notre vie actuelle. Comment pourrons-nous confronter la situation chimérique qui bouleverse nos modes de vie et continue à laisser sa marque dans les esprits et dans l’imagination. Comment pouvons-nous agir face à un monstre invisible que nous devons contrer par la distance et l’effacement de toutes formes de proximité ? Ne s’agit-il pas d’une nouvelle chimère qu’est la peur croissante implantée parmi nous pour nous empêcher de franchir les frontières, d’accéder à l’altérité ?

Les nouvelles chimères dans une condition « post-confinium » se traduit par un désir de défier la peur, de capturer une beauté invisible, de dévoiler un processus de création défini d’un côté comme créature hybride avec toutes ses ramifications et de l’autre comme illusion à laquelle se confronte le spectateur, une fois face à l'œuvre. Ce dernier pourra-t-il concevoir sa propre chimère dans sa tentative de se connecter à la complexité du processus créatif ?

IMG_3506_edited.jpg
Visuel de communication-Post-confinium_edited_edited.png

La Deuxième S/Cène « post confinium »


Table Ronde /Conférence

Afin de prolonger la discussion sur les nouvelles chimères dans une condition « post confinium » Connectif Plateforme Créative souhaite réunir autour d’une deuxième S/Cène des artistes, des sociologues et des académiques etc. La deuxième S/cène se veut également une rencontre annuelle internationale qui cherche à mettre en valeur la parole des femmes dans tous les domaines, à communiquer librement leur pensée et leurs opinions (un droit garanti par l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme).

Durant le confinement, l’art fut principalement un moyen de libération de l’imagination afin de s’émanciper de l’enfermement. Cependant, le confinement a aussi amplifié le phénomène des violences faites aux femmes parmi d’autres, allant encore une fois à l’encontre de leur émancipation et accentuant les discriminations envers elles. La deuxième S/Cène « post-confinium » s’interroge sur les limites et les proximités, lorsque les limites sont franchies et les proximités deviennent un danger pour les femmes. Cette édition se veut une porte-parole des femmes qui de nos jours n’osent pas encore poser la question de leur identité et de leurs droits.